Les Autodafeurs

 

20140707-183934-67174355Les Autodafeurs, mon frère est un gardien.

 

 

 

 

 

 

 

Les-autodafeurs-02Les Autodafeurs 2, ma soeur est une artiste de guerre.

 

 

 

 

 

 

51POXyBqjML._SX339_BO1,204,203,200_

Les Autodafeurs 3, nous sommes tous des propagateurs.

Marine Carteron

Le Rouergue

 

Je m’appelle Auguste Mars, j’ai 14 ans et je suis un dangereux délinquant. Enfin, ça, c’est ce qu’ont l’air de penser la police, le juge pour mineur et la quasi-totalité de la ville. Évidemment, je suis totalement innocent des charges de « violences aggravées, vol, effraction et incendie criminel » qui pèsent contre moi mais pour le prouver, il faudrait que je révèle au monde l’existence de la Confrérie et du complot mené par les Autodafeurs et j’ai juré sur ma vie de garder le secret. Du coup, soir je trahis ma parole et dévoile un secret vieux de vingt-cinq siècles (pas cool), soit je me tais et je passe pour un dangereux délinquant (pas cool non plus).
Mais bon, pour que vous compreniez mieux comment j’en suis arrivé là, il faut que je reprenne depuis le début, c’est-à-dire là où tout a commencé. 

P.-S. : Ce que mon frère a oublié de vous dire c’est qu’il n’en serait jamais arrivé là s’il m’avait écoutée ; donc, en plus d’être un gardien, c’est aussi un idiot. Césarine Mars

J’ai lu des trilogies, des dyptiques, des tétralogies, et les suites ne sont pas toujours au rendez vous des premiers tomes. Alors maintenant, si je parle d’une série de livres, c’est que je l’ai lu et aimé jusqu’au bout, ça signifie que les tomes deux, trois et quatre sont aussi bons, voire meilleurs. On ne va pas s’embarrasser de premiers tomes géniaux et des suivants décevants. Donc aujourd’hui, je parle d’une trilogie finie et géniale Les Autodafeurs. Vous en avez peut être entendu parler car le premier tome a été encensé par les libraires, ils avaient voté pour ce livre pour le Prix Libr’à nous. Il n’y a pas de hasard !

Quand mon représentant m’avait présenté ce livre, il n’avait pas été avare de compliment, et comme je lui faisais complètement confiance, avant même de le lire, j’y ai cru. Et après la lecture de « Mon frère est un gardien », je voulais vraiment le pousser, le défendre parce qu’il est drôlement bien. Mais bien sûr, j’avais peur pour la suite et puis « Ma sœur est une artiste de guerre », la couverture m’a fait flipper, le livre m’a fait tripper ! Et « Nous sommes tous des propagateurs » est arrivé et là mes attentes ont été comblées !

 

Ni Marie, ni Martine n’ont écrit cette trilogie, c’est bien Marine Carteron qui nous a offert cette série et que je veux remercier, en tant que lectrice et en tant que libraire. Oui, quand on a aimé un premier tome, on le conseille, on est content de le vendre et on est beaucoup moins heureux quand le deuxième tome n’arrive pas, que nos clients nous le réclament à cor et à cri et nous on se retrouve tout penaud. Il y a toujours un moment où je me dis, c’est bon, la prochaine fois je conseille une série finie. C’est difficile aussi de dire à tes clients que le premier tome génial que tu as conseillé avec ferveur n’aura pas de suite faute de succès. Là je cible quelques éditeurs, hein, loin d’être la majorité heureusement.

C’est donc pour ça que je tiens à remercier chaleureusement MARINE CARTERON et son éditeur pour la rapidité des sorties des trois tomes ! Un an, et la trilogie est là sur ma table. En tant que libraire, je trouve ça génial et tellement plus facile. En tant que lectrice, je trouve ça génial, parce ce fut un bonheur de lecture. Et maintenant je vous dis pourquoi.

 

Sur la quatrième de couverture, on comprend assez vite qu’il va y avoir deux narrateurs, un frère et une sœur, Gus et Césarine Mars.  Gus est un ado normal, intéressé surtout par son look de beau gosse, les filles. Césarine, comme son frère le dit est une artiste. Une artiste à sa façon, elle est autiste, a une façon bien à elle de communiquer. Donc Gus nous raconte comment après la mort de son père, sa famille et lui ont quitté Paris pour la campagne. Nous avons également droit au journal de Césarine. Elle, au moins, ne s’embarrasse pas de fioriture, elle nous raconte l’essentiel et on se rend compte que  la petite Césarine a de nombreux atouts dans sa manche. Heureusement parce que son frère est un idiot. Enfin presque.

A leurs manières, ils vont découvrir le secret familial, leur rôle dans une lutte sans pitié contre les Autodafeurs.

Vous savez tous ce qu’est un autodafé, les autodafeurs cherchent donc le meilleur moyen de détruire les livres, la culture, la connaissance. En tant que libraire, le sujet m’a plu, car je ne vends pas des livres, par hasard, c’est un choix. Les livres ont toujours été des amis, que ce soit pour apprendre ou me détendre, c’est grâce à eux que je suis moi, que je me suis construite. Et j’ai envie de faire découvrir des auteurs, des romans. En tant que citoyenne, à l’heure actuelle, ça me semble nécessaire de mettre ce genre de livre dans les mains des ados. Alors là, vous allez peut être vous dire que ça a l’air un peu ennuyeux, mais pour le coup c’est une grosse erreur. On est loin de s’ennuyer, parce c’est écrit avec intelligence, parce que c’est drôle et profond à la fois, parce que les personnages sont vrais et que même quand tu veux sauver l’humanité, tu peux agir comme un idiot, et te prendre des râteaux. Mais de beaux râteaux quand même.

 

Au fil des tomes, les personnages se font plus intéressants, ils évoluent au fil des intrigues et rebondissements, et ils sont nombreux ces rebondissements. On ne s’ennuie pas une seconde, cette trilogie se dévore littéralement ! Et franchement, c’est impossible de s’attendre à cette fin !

Action + Humour à la façon Marine Carteron = du bonheur en mots !

Mais il n’y a pas que ça, et pourtant c’est déjà beaucoup ! Avec Les autodafeurs et une héroïne atteinte du syndrome d’Asperger, Marine Carteron nous fait découvrir le handicap. Quand Césarine va rencontrer Sara, atteinte de trisomie, une nouvelle fois, nous sommes confrontés au handicap. Face à l’intelligence implacable de Césarine, la gentillesse débordante de Sara, difficile de rester de marbre. Des personnages forts comme elles, on en veut encore. Elles font réfléchir. Et dans le bon sens. D’ailleurs, il ne faut pas hésiter à aller à sa rencontre sur Facebook, elle est très accessible sur le net !

En tout cas, j’ai hâte de lire son prochain roman, et quand vous aurez fini « Les Autodafeurs », vous aussi vous en aurez envie, je vous le garantis.

Donc :

  1. C’est drôle, intelligent et haletant à la fois.
  2. Les personnages sont attachants. Tous.
  3. Il faut aller chez son libraire préféré et acheter ces trois livres.

Pour qui ?

Pour tous les ados (même les plus grands hein !) qui veulent une super lecture !

Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *