Imagine le reste

imagine le resteImagine le reste – Hervé Commère – Fleuve Éditions – En librairie le 12 juin 2014

 » La route était belle et il plissait les yeux. Une vie peut-elle être plus dans le vrai qu’une autre, plus près d’une vérité ? Il n’en savait rien. Nous sommes en route et nous attendons quelque chose, un peu d’amour ou un sourire, et l’illusion suffit parfois. L’unique chose à faire était de continuer, de chercher, d’avancer, de ressentir et de vivre, on ne saura jamais à côté de quoi on passe, il se disait tout ça et les virages s’enchaînaient parfois sans qu’il s’en rende vraiment compte, le sourire de Carole Sauvage l’accompagnait le lon de la falaise, le soleil lui faisait de l’œil. Il suffit parfois d’un regard pour faire ou défaire une vie, il s’est dit ça et un hôtel s’est dressé face à lui dans un virage, il a baillé en l’apercevant et a soudain rêvé d’un lit, il s’est garé. »

Les frontières entre polar, roman noir et roman sont parfois très minces. Déjà dans le précédent, Le Deuxième homme, on était plus proche d’un roman noir ou d’un roman. Et c’est encore le cas ici avec son dernier. On n’est plus dans le polar, aucune enquête, ni  policier en vue.

Il y a Karl et Fred, deux loulous de banlieue, petits caïds sans grande envergure, amis de toujours, qui impressionnent par leurs muscles et leurs tatouages, amoureux d’une même femme qui a un jour pris le large. Il y a ce sac de billets qu’ils volent un jour à celui pour qui ils convoient des substances pas très légales.

Et puis il y a Nino, chanteur de karaoké devenu star nationale, qui disparaît un jour après un disque au succès immédiat et une tournée à guichets fermés.

Enfin il y a une multitude de personnages autour de ces trois-là, des musiciens, une acrobate, un producteur, une serveuse.

Impossible de vous en dire plus sans révéler les nœuds qui se croisent et se défont entre tous ceux-là. Imaginez le reste ou lisez-le. Laissez-vous porter par cette histoire, c’est si bon. J’aime l’univers d’Hervé commère, il est fait de demi-teintes et de doutes. J’aime ses personnages cabossés par la vie et j’aime l’empathie qu’il met à les suivre.

Que connait-on de la vie des gens que l’on croise, si ce n’est quelques faits, ce qu’ils nous montrent ou ce que l’on croit connaitre d’eux. Quelles blessures, quelles fêlures, quelles victoires sur la vie, quelles joies gagnées ou conquises se cachent derrière chacun, que l’on croisent et croient connaître ou comprendre ? Les vies se croisent et parfois les trajectoires s’alignent, suivent un même chemin et la compréhension s’installe.

La vie est faite de choix, plus ou moins subis, plus ou moins décidés mais ce sont les nôtres.

J’ai aimé me balader au fil de ces vies que nous conte Hervé Commère, comme un long voyage au bout de soi-même, en compagnie de beaucoup d’autres. C’est ça un bon roman, non ?

Voir l’évolution d’un auteur est passionnant, découvrir les chemins qu’il emprunte, le suivre au fil des livres. J’ai découvert Hervé Commère en 2009 avec J’attraperai ta mort, sorti aux éditions Bernard Pascuito, et en Pocket en 2012 puis avec Des ronds dans l’eau (Fleuve noir 2011 et Pocket 2014) et enfin avec Le deuxième homme qui m’avait bien scotchée et dont j’avais dit tout le bien que j’en pensais, ici.

Alors maintenant il me reste à attendre le prochain et à me demander où il m’emmènera.

A bientôt Hervé et merci.

Belles lectures à tous !

Valérie

 

2 réflexions au sujet de « Imagine le reste »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *