Home

nouvautes0Toni Morrison – Traduit de l’américain par Christine Laferrière

Editions Christian Bourgois – 153 pages

 

 

Toni-Morrison-Home.pngLoi intéressante, le vagabondage –qui signifiait se trouver dehors ou marcher sans but clairement déterminé. Transporter un livre aiderait, mais aller pieds nus contredirait l’idée de « détermination » et rester immobile risquerait d’entraîner une plainte pour « délit d’intention ». Mieux que la plupart, Franck savait qu’il n’était pas nécessaire d’être à l’extérieur pour qu’il y ait répression, légale ou illégale. Vous pouviez être à l’intérieur, vivre dans votre propre maison depuis des années, et des hommes, avec ou sans insigne mais toujours armés d’un pistolet, pouvaient tout de même vous forcer, vous, votre famille, vos voisins, à plier bagage et déménager –avec ou sans chaussures.

 

 

Etats-Unis, années 50. Franck Money est un ancien de la guerre de Corée, et en a ramené un joli traumatisme qui s’aggrave particulièrement dès qu’il boit. Il ne se souvient même plus, au début du roman, pourquoi il est dans un hôpital, mais sait qu’il doit s’en échapper coûte que coûte. Primo, un noir ne reste pas longtemps dans ce genre d’endroit, et ce sera bientôt la prison, quoi qu’il ait fait. Secundo, le télégramme qui l’a poussé vers plusieurs verres de whiskey lui revient en mémoire : sa jeune sœur Cee est très malade, et il doit revenir dans sa Géorgie natale pour la voir.

 

 

Ce résumé évoque à peine les 10 premières pages de ce roman de Toni Morrison qui arrive tout juste sur les tables des libraires. C’est à la fois suffisant et très peu révélateur du livre, qui en 150 pages, nous surprend souvent. Tout au plus peut-on dire que quelques chapitres délaisseront Franck pour aller voir du côté de sa sœur Cee, de sa grand-mère ou de son ex…

 

J’attendais la sortie de ce roman pour deux raisons, une bonne et une mauvaise. La bonne, c’était Toni Morrison, dont ma lecture de Beloved date un peu et dont je me promets depuis longtemps de lire le reste de l’œuvre (Si des lecteurs ont des coups de cœur particuliers dans ses romans, qu’ils n’hésitent pas à m’aiguiller en commentaires…). La mauvaise, c’est un article lu en juin sur internet qui parlait de quelques romans de la rentrée, et qui présentait celui-ci comme un livre centré sur ce qui tient au final de l’anecdotique. De 1936 à 1964, Victor Green édita une sorte de guide du routard à destination des noirs des Etats-Unis, leur listant les hôtels, transports, restaurants et magasins où ils pouvaient se rendre sans crainte des « cagoules blanches » (le Ku-Klux-Klan) et des dénonciations à la police. N’en ayant jamais entendu parler, j’étais intrigué par ce guide. Au final, le personnage principal recopie quelques adresses, dont il ne se servira d’ailleurs quasiment pas.  

 

L’écriture envoutante de Toni Morrison fait pour beaucoup dans le côté rêve éveillé de ce roman où les voix se superposent entre passé et présent. L’enfance dans une ville minuscule, l’horreur de la guerre, le retour à une vie normale quasi-impossible sont évoqués de façon sobre et extrêmement poignante. Ce voyage non désiré vers les lieux de l’enfance sera pourtant l’occasion pour Franck de faire la paix avec ses démons.

 

Il y aurait sans doute beaucoup d’autres choses à dire sur ce texte, mais qui gâcherait une part de la lecture, donc je m’abstiens et vous incite juste à aller vous le procurer séance tenante.

 

Pour les petits chanceux qui habitent sur Paris ou proche banlieue, il est à noter que le festival America qui se tient du 20 au 23 septembre à Vincennes accueille Toni Morrison en invité d’honneur. Une rencontre à ne rater sous aucun prétexte !

 

 

 

Pour qui?

Pour les adeptes de littérature américaine et de Toni Morrison.

Pour ceux qui aiment les textes courts où rien n’est de trop et où tout est dit.

Pour ceux qui aiment les livres « sur la route » et les allers-retour entre passé et présent…

Pour les gens consciencieux qui veulent préparer le festival América!

Bonnes lectures à tous et toutes,

 

Yvain

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *