Délit de Fuite

 

Christophe Léon ,La Joie de Lire – 166 pages.

delit_de_fuite_NEW_RVB

 

Sur le chemin de leur maison de campagne, un père avec son fils traverse un village à très vive allure et percute une femme qui sortait de sa voiture. Le père fait le mauvais choix de s enfuir et s installe dans le déni. Le fils ne peut en rester là ; il va choisir lui, de se rapprocher du fils de la victime (qui n est pas morte) sans lui révéler cependant qu il connaît le coupable… un thriller à sa manière.

Une semaine sur deux, depuis le divorce de ses parents,le samedi matin, Sébastien part avec son père, direction, la campagne. Ce trajet devient une habitude, un rituel.

Loïc,à un an de la majorité, vit à la campagne. Il rêve de partir, quitter ce métier d’agriculteur, cette vie et cette mère un brin envahissante.
Ces deux garçons, à priori, n’auraient jamais dû se rencontrer. Ils vivent dans deux monde différents, le citadin et le campagnard, et puis quatre années les séparent, autant dire une éternité pour des adolescents. Et pourtant, un vendredi soir, tout va basculer et un accident va les rapprocher.

Sébastien et son père dérogent à leur habitude, et partent le vendredi pour un rendez vous avec un plombier. Impossible d’arriver en retard, sous peine de ne pas avoir d’eau chaude du week end. Au vu de l’importance du rendez vous, le père de Sébastien va donc faire fi de toutes les règles de sécurité et adieu la limitation de vitesse, surtout si près du but…

Loïc et sa mère se préparent pour un diner chez des amis de celle ci. Loïc aimerait y échapper, il essaye de la convaincre en vain, même avec la petite phrase assassine que tout ado se doit de prononcer au moins une fois « Vivement que j’aie 18 ans ». Alors, voilà, on y est. La voiture garée, il ne reste plus qu’à descendre…

Et le CHOC. Le choc d’une femme sur le capot d’une voiture. Puis la fuite, la fuite du chauffard,père du garçon, devant les yeux effarés de Sébastien. Loïc, lui, n’arrive pas à y croire, impuissant, en état de choc, il voit sa mère partir d’urgence à l’hôpital.

Christophe Léon nous offre ici un roman poignant, extrêmement bien écrit qui se lit d’une traite. Comment un garçon peut continuer à respecter son père quand celui ci déroge aux lois ? Comment un jeune homme peut continuer à vivre normalement avec une mère dans le coma ? Sans même parler de l’histoire, intense, la construction même du roman m’a plue, et a sublimé le sujet. Les chapitres s’alternent, l’un du point de vue de Sébastien, l’autre de Loïc, l’un avec un sujet à la première personne, l’autre avec l’utilisation de la deuxième personne. et pour autant, on se sent proche des deux personnages. Ces deux garçons, victimes de l’abandon d’un de leurs parents, perdus, vont pourtant se trouver.

C’est un roman sur l’amitié, sur la loyauté et surtout sur la responsabilité. La responsabilité du père dans l’accident, la responsabilité que ressent Sébastien, de ne pas avoir parlé, d’avoir fait comme son père voulait alors qu’il trouvait ça mal, la responsabilité de Loïc qui s’occupe seul de sa mère, tous les jours à son chevet, pour lui parler, pour enfin l’aider à se réveiller. Des thèmes souvent abordés en Littérature Ado, me direz vous. Et vous aurez bien raison, mais ici, c’est tout en finesse, avec intelligence. Je ne connaissais pas cet auteur, et à dire vrai, j’avais complètement raté la sortie de ce roman en 2011. Les couvertures de la Collection Encrage chez La Joie de Lire ne m’ont jamais donné envie, et c’est comme ça qu’on peut passer à côté de pépites comme celle ci. Comme vous avez dû le remarquer, Eric Cantona est sur la couverture. Pas pour le fun, car ce petit bijou a été adapté à la télévision, et vous pourrez le voir dès le 8 Janvier, aujourd’hui. Le roman est ressorti en septembre 2013, mais la diffusion du téléfilm ayant été plusieurs fois repoussée, ce billet a attendu

J’espère que ce téléfilm sera réellement centré sur la relation des deux garçons et pas sur le personnage du père interprété par Cantona… Wait & see.

Pour qui ?

Pour TOUS. Je ne vous aide pas beaucoup mais, à partir de 13 ans, ce texte me semble être nécessaire.

Quand vous l’aurez lu, nous pourrons partager sur la fin 😉

Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *