Anima

nouvautes0Wajdi Mouawad

Actes Sud – 389 pages

 

 

anima-wajdi-mouawad-9782330012632.gif-(…)Un homme en tue un autre. Et alors ? Est-ce qu’un homme n’est pas un animal ?

-On le dit.

-Donc. Réfléchis. Si un homme est un animal et que, suivant la croyance des indiens, chaque humain a un  animal comme symbole de cette part invisible de son être magique, sa poésie, son totem, pourquoi l’homme, en tant qu’animal, ne pourrait pas être cela pour son semblable en tant qu’humain ? Et si cela est possible, il existe une probabilité qu’un homme tuant un homme tue aussi son propre totem. Ou l’inverse : le totem tuant sa part humaine. Tu vois ? On ne saura jamais de quoi il retourne vraiment, alors laisse les meurtriers à leurs victimes.

 

 

Canada, aujourd’hui. Lorsque Wahhch Debch rentre chez lui pour trouver sa femme Léonie brutalement assassinée, quelque chose se brise en lui. Il n’aura de cesse de retrouver ce meurtrier, non pour se venger, mais pour le voir, et s’assurer ainsi qu’il n’est pas le responsable de cette tragédie. Son voyage l’emmène à travers les Etats-Unis, tandis que des bribes de son passé oublié remontent de plus en plus sauvagement dans sa mémoire, liant une tragédie à l’autre.

Réflexion sur l’homme,  l’animal et la part de l’un dans l’autre, ce roman nous est conté par une multitudes d’animaux –chiens, chats, rats, araignées, oiseaux, singes, boas…- qui croiseront la route de Wahhch, intrigués, fascinés, apeurés, rassurés par cette homme dont le mélange de colère, de tristesse et de résignation l’isole du reste de ses congénères pour le rapprocher du monde animal.

 

Attention, coup de cœur absolu !!!!

 

Ca y est, à une semaine d’ouvrir la nouvelle librairie où je tiendrai le rayon littérature, j’ai enfin mon chouchou de cette rentrée, le livre que je vais pousser, avec lequel je vais harceler mes clients, et dont le nombre de ventes sera mon challenge personnel de cette rentrée littéraire.

 

Je ne connaissais Wajdi Mouawad que de nom, je n’avais jamais lu ou vu ses pièces, ni son premier roman, ni vu ses adaptations au cinéma (toutes choses qui seront bientôt faites…). Anima m’a intrigué dès que j’ai posé les yeux sur la quatrième de couverture, et j’ai appris avec les années à faire confiance aux gargouillis dans mon intestin au moment de me saisir d’un livre. Et bien, mes amis, quelle claque !

 

Anima est un livre d’une poésie subjuguante, une expérience  hors norme, rare et magnifique, qui m’a laissé pantois pendant la quasi-totalité de ma lecture. Le personnage principal est à pleurer, on le suit pas à pas à travers le regard de cette faune qui, comme nous, ne peut s’en détourner, subjuguée par tant d’émotions complexes et contradictoires.  Chaque chapitre, de deux lignes à quatre pages, est le point de vue d’un animal, dont le nom latin nous est donné en guise de titre. Chaque chapitre est ainsi une expérience sensorielle à part entière. L’auteur, qui s’est clairement beaucoup renseigné sur les animaux qu’il fait parler, nous donne à voir, à ressentir, à réagir, à penser comme chaque narrateur peut le faire de par la qualité de ses sens, la personnalité et les traits de caractère  de sa race, et l’on s’y retrouve si bien qu’on comprend souvent de quel animal il retourne quand bien même le nom latin  donné en titre ne nous parle absolument pas.  L’écriture même change de chapitre en chapitre, s’adaptant à l’espèce animale représentée.

 

Quant à la quête du personnage principal, et l’action en elle-même, elle dévie au fur et à mesure du livre pour rentrer dans son dernier quart dans une intrigue secondaire et une série de rebondissements auxquels on ne s’attendait pas du tout, mais qui décuple la force et le message du roman bien au-delà de ce que l’on en présageait (notez avec quelle subtilité je ne lâche pas la moindre information malgré mon envie !).

 

Bref, vous n’avez rien à faire sur ce blog, ni sur internet, ni chez vous, ni à votre travail si vous y êtes ! Là, vous êtes censés attraper votre manteau et foncer dans votre librairie pour acheter ce livre, et l’entamer dès le chemin du retour ! Posez un arrêt maladie ou un RTT, remettez le ciné à plus tard, enfermez vous et laissez s’exprimez votre animal totem ! Vous ne le regretterez pas ! 

 

Pour qui ?

Pour tous (enfin bon, avant seize ans, ça me parait un peu chaud à suivre tout de même)

A ceux qui aiment les expériences de lecture dont on ne sort pas indemne.

Aux amateurs de prose ciselée remplie de phrases qui vous font arrêter votre lecture pour relire et savourer tel ou tel passage.

Pour les trente millions d’amis des animaux, et pour ceux qui regardent leur chien ou leur chat en se demandant ce qui peut bien leur passer par la tête par moment.

Pour les lecteurs de Wajdi Mouawad (un de mes nouveaux auteurs préférés…)

 

 

tour-du-monde-1.jpg

Ce roman rentre dans le challenge « Le tour du monde en 8 ans ».

Pays : Liban (première pierre à un édifice de longue haleine…)

 

 

 

Bonnes lectures à tous et toutes,

 

Yvain 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *